Comment naissent les recettes qui décoiffent?

Une question revient régulièrement à la bouche de nos visiteurs : “Où trouves-tu les recettes pour le moins inattendues des tables d’hôte?”. Je vous propose donc de faire une incursion guidée dans la “mécanique” de l’Aubergiste. Prêts pour l’aventure?

C’est le printemps, et dimanche dernier, l’aubergiste participe à une découverte de salades sauvages organisée par MARJOLAINE MAYRAN autour des jardins familiaux de Lansargues.

Pourquoi? Parce que…

  • C’est incroyable… il paraît qu’on peut manger un grand nombre de “mauvaises herbes”.
  • Qui a entendu parler des Jardins familiaux de Lansargues (d’abord c’est où Lansargues?)
  •  Lorsque l’on entend parler d’une originale qui partage le savoir-faire de nos  grands-parents, ça mérite un déplacement
  • Est-ce l’occasion d’une belle rencontre qu’auront plaisir à faire nos visiteurs en Camargue?
  • Il fait super beau, l’appel de la nature est violent… et tous les amateurs de plein air vont se retrouver sur la même plage!

Bref! Jolies rencontres, petit tour de piste autour des herbes rousses, ornithogales, pains blancs, alliaires et autres grandes patiences… Voilà pour le moins un petit univers très commun, fort proche et pourtant inexploré!

Mardi, on se retrouve donc à LA TABLE à RALLONGE avec Marjolaine pour élaborer des circuits de découverte botanique autour de l’auberge et mettre en place un nouveau partenariat profitable aux vacanciers.

Samedi arrive… ainsi qu’une bande de photographes en goguette. Habitués des lieux, ils comptent bien sur le carnet d’adresses maison pour déclencher à qui mieux-mieux hors des sentiers battus et l’aubergiste les accompagne au Parc Floral des 5 continents de Marsillargues. Feu d’artifices de fleurs, sous-bois discrets, chemins buissonniers, lierres amourachés de vélos stoïques, concentration et grands éclats de rires des fabricants d’images… en nous privatisant le parc et la pépinière à la tombée de la nuit, MICHELE NICAS et ERIC DUBOIS nous ont fait un cadeau inestimable.

Ils sont donc invités à partager la table d’hôte autour de la cheminée de l’auberge et ils arrivent, comble de bonheur, avec leurs nouveaux élixirs composés d’un bon chardonnay et des plantes de leur parc… et quelques turions de bambou! L’apéro joyeux est l’occasion pour Eric de nous dévoiler que les bambous en devenir se mangent. Mince alors! on veut des preuves et le voilà qu’il se met à peler les turions. Finies les cahouettes, un nouveau monde gustatif s’entre-ouvre et chacun y va de sa potentielle recette “bambouesque”.
On finira plus classiquement autour d’un tajine de confit de canard au citron.

Lundi matin 4H30, une furieuse envie de se mettre au piano se fait entendre. Foin de partition, il reste 3 turions en cuisine et l’aubergiste se lance, dès potron-minet, (l’heure où” l’on voit le cul des écureuils”… oui, c’est l’origine de cette expression!) dans la réalisation d’une paëlla de bambous. Les turions, quelques alliaires ramassées dans le potager, deux oignons, une échalote, un doigt de gingembre infusé dans un bouillon de poule maison, épicé de safran, curcuma, de paprika et d’ail frais, la base est prête. On attendra l’ouverture des commerces pour compléter le tout par quelques moules du coin, deux beaux filets de poulet et un chorizo “ardent”. On a toute la journée pour rameuter quelques copains-copines gourmand(e)s pour tester la nouvelle recette qui décoiffe.

De belles rencontres, quelques bonnes bouteilles, une soirée conviviale autour d’assiettes fumantes, une envie irrépressible de se mettre au fourneau et trois z-ou quatre gourmands disponibles et téméraires…

Voilà comment naissent les recettes à LA TABLE à RALLONGE !

 

Les commentaires sont clos.