20. L’histoire sans fin

Voilà l'histoire idéale pour endormir les petits... et parfois, même les raconteurs ont du sable plein les yeux

Bien tenté! mais ce n'est pas ça... cherchez encore!Ah! quand même... mais d'où vient donc cette passion pour les taureaux?

Il parait... est-ce vrai?... qu'à l'origine du petit monde de Camargue, un seigneur, le sire d'Anglas, possédait un immense château sur les terres situées entre Le Cailar, Saint-Laurent d'Aigouze et Marsillargues. Préoccupé par tout un tas de soucis de seigneur, il avait, tout comme vous, d'énormes difficultés à s'endormir.

Et pourtant, il n'était pas un de ces seigneurs fainéants qui se prélassaient toute la journée devant leur lanterne magique.
Il avait une passion pour les taureaux et possédait une des plus belles manades qu'on ait jamais vu.
Il pouvait donc y travailler, toute la journée : arpenter ses terres sur son beau cheval blanc, nourrir ses taureaux, s'essayer, gentiment, à la course camarguaise, bref, il avait la chance de pouvoir se fatiguer (ce qui, encore de nos jours, est bien rare chez les seigneurs).
Mais, quel que soit le travail harassant de la journée, une fois au lit... pas moyen de fermer l’œil!

Un jour, il se préparait à embarquer ses taureaux dans le char du château, pour participer à une course à la cocarde dans un village voisin. Les bêtes étaient très excitées. Il vit alors un gardian s'approcher, il commencer doucement, à leur raconter des histoires pour les calmer et les rassurer. Il continuait à leur parler tout en attachant leurs grandes cornes pour éviter les blessures pendant le voyage.
Les taureaux devinrent si calmes que certains fermaient les yeux et piquèrent même un petit roupillon pendant le trajet !

"Ce gardian est un magicien, se dit le sire d'Anglas, je vais lui demander de venir m'aider à m'endormir ce soir."

Et ainsi fût fait!

Le soir venu, le Seigneur se glissa rapidement sous sa couette. Son gardian, s’installa dans un confortable fauteuil, juste à côté du lit et commença des histoires pleines de taureaux, de grands espaces, de cavalcades endiablées...

Une, puis deux... trois histoires plus tard... le Seigneur ne dormait toujours pas!

"Tes histoires sont trop courtes, je veux que tu me contes une trèèèès longue aventure qui me fera oublier tous les soucis qui me turlupinent la tête".

Le gardian conteur remua alors doucement sa mémoire pour emmêler les centaines d'histoires qui s'y cachaient... puis il commença :

" Il était une fois un seigneur-manadier qui acheta plus de mille taureaux au marché de Saint-Laurent d'Aigouze. Il devait les pousser jusqu'au près de Marsillargues avant de retourner chez lui, mais lorsqu'il se trouva au bord du Vidourle, le fleuve qui coupait ses terres en deux, il se rendit compte... qu'il avait pas encore construit le pont!

A cette époque reculée, en effet, on devait monter dans la grande barque d'un passeur pour se rendre d'un rive à l'autre.
Mais la barque ne pouvait pas prendre plus de 3 animaux par passage... vous imaginez le travail avec 1000 taureaux!
On commença donc très vite à embarquer 3 bêtes et le passeur fit traverser sa barque... puis il fallut revenir pour charger 3 nouveaux taureaux, un passage, revenir, 3 taureaux, un passage, revenir, 3 taureaux... au chargement du quatre-vingt douzième taureau... le gardian conteur se tut : il s'était endormi!

Mais il ne dormit pas très longtemps... réveillé par le vol d'une pantoufle lancée par le seigneur.

Tandis que le gardian encore tout ensommeillé se frottait les yeux, le Seigneur bailla et dit :

"Haaaaaaa! Avant de t'endormir, il faut finir cette histoire mais dépêche-toi... je tombe de sommeil"

Le gardian répondit avec une voix qui venait de loin du Pays des Songes :

"Excusez-moi, Sire, mais le Vidourle est vraiment un fleuve très large... et la barque très petite... et le troupeau de taureaux est énorme! Laissons un peu de temps au passeur pour qu'il finisse de faire traverser les milles bestioles à cornes"

"Haaaaaaa! bailla à nouveau le Seigneur, oui ça me paraît logique, laissons.... un peu... de temps ... au passeur

Le Seigneur s'était endormi... Enfin! Il ronflait tout doucement... et le gardian conteur, qui savait si bien raconter les histoires, avait aussi laissé retomber ses paupières...

Cette histoire va donc s'arrêter... jusqu'à demain! Haaaaaaaaa!

LA TABLE à RALLONGE profite de votre visite, pour vous annoncer l'adoption d'un petit LOLO, taureau né en Camargue.
Une petite mascotte qui a pour vocation de devenir notre nouvel AMBASSADEUR  auprès des visiteurs de l'auberge.

Nous sommes ravi de cette nouvelle collaboration!

... même si nous nous sommes rendus compte que cet animal avait une fâcheuse tendance à la philosophie de comptoir

Vous voulez comprendre ?

 

 

"C'est par une multitude de détails que l'on transforme un moment en Camargue en joli souvenir"

Membre du Réseau CAMARGUE-LOCATION

Un Commentaire

  1. Marie Dominique Gilles

    Merci Patrick et courage à vous tous … ici aussi on se bat…. pour une qualité de vie et garder un esprit serein. Que la maladie n’ arrête pas de penser à vivre et je ne pense pas à se rabattre mais à s élever …..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.